CinémaÉvènement

JEUDI 4 JUILLET – Surf night #01

21h – Projection de BUNKER 77 de Takuji Masuda, en présence du réalisateur 
23h – Surf Music et Cocktails

Excentrique, déjanté et surtout surfeur : découvrez l’histoire de Bunker Spreckels, beau-fils de Clark Gable, un jeune rebelle américain qui tourne le dos à son destin tout tracé pour devenir une star de surf controversée. Un personnage libre et authentique entre James Dean et Andy Warhol.

Le réalisateur Takuji Masuda lui a consacré un beau documentaire, qui rend justice à un personnage charismatique et à son époque intensément hédoniste. “J’étais surfeur professionnel dans la catégorie classique des longboards, raconte le réalisateur américano-japonais. En parlant avec les anciens surfeurs légendaires, le nom de Bunker Spreckels revenait sans cesse.” (Les inrocks 2018).

Adolph Bunker Spreckels aurait dû devenir comme son père, un riche magnat du sucre des années 70 aux Etats-Unis. Mais le jeune homme avait en tête un tout autre chemin : celui du surf.
Vers l’âge de 16 ans, Adolph découvre Hawaii, son sport national et toute la surf culture. C’est un vrai coup de coeur qui le marquera à jamais. Lorsqu’il hérite de la fortune familiale à 21 ans, le jeune Bunker qui avait alors grandi auprès des grandes stars hollywoodiennes, quitte le navire pour tracer sa propre route.
Au luxe il préféra les vagues, le soleil, les filles et la drogue. De ses allures de Beach Boy à celles de rockeur, Bunker aura traversé différentes passes toujours avec panache, et avec cet esprit rebel qui lui était si particulier. Le 7 janvier 1977, l’iconique blondinet sera retrouvé mort chez lui à Hawaï. Il avait alors l’âge mythique de 27 ans…

“Bunker est mythique parce qu’il portait en lui un esprit particulier. Aujourd’hui, la culture surf mainstream est très suburbaine, commerciale et lisse. Spreckels était le contraire : urbain, libre, rebelle”, explique le réalisateur (Les inrocks 2018).

0
Tags: